Jeune fille

Source de l'image: musée des Beaux-Arts de Lyon

Jeune fille: c'est la signification du mot grec "Koré", qu'on utilise pour désigner ce type de statues. Car elles sont nombreuses, ces jeunes filles, à avoir été sculptées dans la Grèce archaïque, pour quel usage ? probablement en offrande. Leurs pendants sont les jeunes hommes, les Kouroi, aussi nombreux, aussi mystérieux. Cette jeune fille n'est pas un portrait. Elle n'est pas vraiment négligée non plus. Que vient-elle donc faire ici ? Il s'agit de la première oeuvre sur laquelle j'ai été amenée à travailler pour une médiation. Elle possède une belle place d'honneur au musée des Beaux-Arts de Lyon, un salon carré rien que pour elle. Pourtant, avec son aspect hommasse, la Koré cul-de-jatte et manchote ne fait pas forcément rêver au premier abord - n'est pas Vénus qui veut (pourtant celle de Milo est doublement manchote, mais on l'aime quand même - et peut-être justement pour ça)...

Elle est pourtant touchante: son biceps démesuré (ah la Grèce et son idéal masculin ! ) est tempéré par la douceur de son sourire et par l'oiseau joli qu'elle tien en main (décapité il est vrai). Mais pourquoi est-elle en si mauvais état ? C'est que ces statues, pour nombreuses qu'elles soient, étaient aimées de la population et elles ont été souvent détruites pendant les nombreuses guerres. Celle-ci fait partie d'un ensemble de statues que les Athéniens ont enterrées sur l'Acropole, probablement pour les préserver de la destruction lors de l'invasion de leur ville. En plus elle n'est pas vraiment cul-de-jatte: la géniale intuition d'Humprhey Payne, un chercheur anglais, a permis dans les années 1930 de faire correspondre à ce buste un bas et une épaule, retrouvés et conservés à Athènes. D'ailleurs un moulage en avait été fait, et assemblé, mais dans quel intérêt ? la destruction fait partie de l'histoire de l'oeuvre, et l'esprit est bien assez capable d'imaginer ce à quoi la demoiselle devait ressembler sur pied...

Ce qui est remarquable chez cette jeune fille, c'est son vêtement...il faut la regarder attentivement...

 

 

Elle porte une légère tunique de lin, le chiton, par-dessus laquelle est drapé et enroulé un grand châle, l'himation. La belle est Athénienne, mais son vêtement est ionien: de l'autre côté de la mer Egée. La Koré nous parle ainsi de la circulation du goût et des modes dans le bassin méditerranéen...

 

mais ce n'est pas tout


 

 

 

Elle porte ses cheveux en longues tresses gaufrées, de fines boucles d'oreilles et un chapeau, le polos. Si on regarde de plus près ce chapeau, on voit qu'il est délicatement ciselé de motifs de palmettes...

 

mais ce n'est pas tout

 

 

Sur cette photo ancienne on le voit bien: sa blancheur marmoréenne telle qu'elle nous apparaît aujourd'hui n'existait pas pour ses contemporains. Elle était peinte: les cheveux, les traits du visage, les vêtements, les ornements...Des couleurs vives, gaies et tranchantes ! De nos jours, si on prend le temps de la regarder, on en retrouve des traces, par-ci par-là, quelques touches dans les plis de sa tunique, dans les boucles de ses cheveux


Source de l'image: France 3

Il a fallu tout un arsenal de technologie moderne pour tenter de nous donner une idée du look antique de la demoiselle

Quant à moi, j'ai eu la chance et l'honneur de passer une nuit à montrer toutes les beautés de ma jeune fille manchote et cul-de-jatte, 

une belle nuit à parler de beauté et de transmission,

une belle nuit dont je me souviendrai

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0